02074 - BERTAUCOURT EPOURDON
(Aisne)

(2022) De sinople à l'épée basse d'or accompagnée, à dextre d'un cheval cabré d'argent, à senestre de trois annelets d'or ordonnés 2 et 1, et d'un mont cousu de gueules, mouvant de la pointe, chargé d'une roue de moulin d'or; au chef ondé de gueules soutenu d'argent et chargé de trois champignons d'or.

Décorations:
Croix de guerre 1914-1918.

* * *

NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE

Création Mme Christine Girod et Daniel Juric.
Adopté en juin 2022.

Le chef évoque la famille de François Urbain de Georgias, ancien seigneur, qui portait De gueules à trois champignons arrachés d'or, il est ondé et soutenu d'argent pour évoquer le département de l'Aisne.
Le cheval rappelle les élevages équins et les spectacles hippiques.
L'épée est celle de saint Martin auquel est dédiée l'église.
Les trois annelets viennent du blason de la famille De Blois, derniers nobles au XVIIIe siècle, qui portaient d'argent à deux fasces de gueules chargée chacune de trois annelets d'or.
Le coupeau de gueules rappelle évoque la ferme et le château « le Mont Rouge » et la roue de moulin le moulin à eau de Missancourt.
En soutien la branche de chêne à dextre rappelle la forêt environnante et la branche de citronnier à senestre est en hommage à la ville de Menton qui fut Marraine de Guerre et aida à la reconstruction de Bertaucourt de 1921 à 1929.

Bertaucourt et Epourdon possédaient des seigneurs distincts jusque la Révolution mais ceux d’Epourdon nous sont mieux connus. Ainsi, François Urbain de Gorgias d’«Espourdon» était seigneur de ce village dans la deuxième moitié du XVIIe siècle. Sa fille Marie Charlotte apporte cette terre à son époux Louis Laumosnier vers 1715, terre transmise à leur fils Louis José. La famille Laumosnier a été anoblie en 1520 par le roi François Ier; elle portait «d’or à trois hures de sanglier de sable». La fille de Louis José, Jeanne Charlotte, apporte Epourdon à Charles de Blois vers 1748. Cette famille du Laonnois va garder Epourdon jusque la veille de la Revolution. En 1789, le village appartient au duc Louis Philippe d’Orléans futur député de la Convention en 1792 sous le nom de Philippe Égalité.
Le moulin à eau se situe au hameau de Missencourt sur le ru du même nom qui prend sa source au pied du massif forestier de Saint-Gobain proche et va se jeter dans le ru de Saint-Lambert sur la commune voisine de Fressancourt. Jusque la Révolution, ce moulin
appartient à l’abbaye St Vincent de Laon. Il est également appelé moulin Roblot du nom de son dernier propriétaire Armand Roblot dernier meunier de 1866 à son décès, au début de l’année 1911.
(Patrick Cavelier)

* * *

DOCUMENTS DIVERS


Blason de la commune.
(Dessin de D. Juric)



Article de presse L'Aisne Nouvelle du 20 août 2022­ (site du journal).



Article de presse L'Aisne Nouvelle du 22 août 2022.
(Aimablement transmis par Mme Christine Girod)



Extrait du Registre des Délibérations du Conseil Municipal du 2 août 2022 (1/2).
(Photo Mme Christine Girod, 2022)



Extrait du Registre des Délibérations du Conseil Municipal du 2 août 2022 (2/2).
(Photo Mme Christine Girod, 2022)

* * *

Sources: AO

Mise(s) à jour:
17/09/2022 Ajout de deux documents.
25/08/2022 Ajout de deux documents.
28/06/2022 Ajout d'un commentaire.
21/06/2022 Création de la page.

Retour haut de page




Les dessins des blasons sont exécutés par mes soins.
Les documents présentés proviennent, sauf indication contraire, de mes collections personnelles.
Toute utilisation dans un but commercial est interdite, sauf accord explicite de ma part.

Copyright